Archives mensuelles : décembre 2019

Michela Sacco-Morel – Le caporalato en Italie : un enfer peuplé de femmes

Le caporalato est la forme d’esclavage de l’agriculture moderne largement répandue en Italie. Nous voulons rendre compte de l’ampleur et de la complexité de ce système d’exploitation, mettant au centre de l’analyse les femmes et leur(s) rôle(s), dans un système économique fondé sur la précarité et les inégalités salariales.

28 novembre

Sylvie Nail – Femmes, villes, alimentation

Le domaine de l’alimentation, comme celui du soin, incombe encore majoritairement aux femmes dans le monde. Alors que plus de la moitié de la population mondiale vit aujourd’hui en ville, quels nouveaux rapports se tissent entre la production de nourriture et les villes, essentiellement par le biais des femmes ? C’est ce que nous explorerons à travers un rapide voyage en Europe et dans les Amériques

Emilie Hamon-Lehours – La face caché du genre : tentative de définition du gender et approche littéraire genrée

Le mot « genre » est avant tout un terme grammatical, mais si l’on reprend les définitions du Littré ou du Larousse de 1905, les définitions convergent plutôt vers tout ce qui est à même d’être catégorisé sans préséance du masculin ou du féminin : caractère commun à diverses espèces (genre humain/genre animal/genre végétal) ; genre de style en littérature et arts ; par extension, sorte, manière, mode, goût. Seul le terme grammatical moderne met en évidence la différence les sexes : « propriété qu’ont les noms de représenter les sexes et, dans certaines langues, l’absence de sexe ». L’absence de sexe, ou bien le genre neutre, est obsolète pour les langues romanes. Selon l’historienne Françoise Thébaud, « Le sexe est ainsi perçu comme un invariant, tandis que le genre est variable dans le temps et l’espace, la masculinité ou la féminité – être homme ou femme ou considéré comme tel(le) – n’ayant pas la même signification à toutes les époques et dans toutes les cultures » (Thébaud, 2007, p. 121). Le genre serait-il un abus de langage ? Vaut-il mieux être neutre, beau sexe ou sexe fort ? Les sexes sont-ils interchangeables ou transformables en littérature ?


En 1974, Hélène Cixous crée un DEA d’études féminines à Paris VIII ; une première dans une France hermétique aux women’studies. Les études genrées, dont le foyer anglosaxon
a produit des ramifications en France et en Europe, sont un concept difficilement traduisible selon Christine Planté. Le gender est interdisciplinaire, transdisciplinaire et regroupe les notions inhérentes au sexe et à la sexualité. Le sexe biologique, naturel renvoie à la différenciation homme/femme, mais faut-il y adjoindre les questions de la sexualité dans sa globalité (transsexualité, intersexualité) ? Ainsi, le sexe biologique, déconstruit, modifié, ne relèverait plus de la nature mais de la culture selon Judith Butler. Est-il dangereux d’utiliser le terme de « genre» ou « genres » pour évoquer l’histoire des femmes sous tous ses aspects : historique, littéraire, sociologique, idéologique, littéraire et artistique ? Selon Éliane Viennot,la réponse est clairement oui, ainsi que pour Michelle Perrot qui publia Mon histoire des femmes en 2006.


Bibliographie


Butler Judith (2006), Défaire le genre, Paris, Amsterdam.
Cixous Hélène (2010), Le rire de la Méduse, Paris, Galilée.
Collin Françoise (2009), « Entre poiêsis et praxis : les femmes et l’art », in Diogène, 2009/1,
225, pp. 101-112.
Costa-Zalessow Natalia (1982), Scrittrici italiane dal XIII al XX secolo, Ravenna, Longo
Editore.
Croce Benedetto (1911), « Un’ inchiesta sul femminismo », in Nuova Antologia, XLVI, 949,
p. 121-128.
De Beauvoir Simone (1976), Le deuxième sexe (vol. I : Les faits et les mythes ; vol. II :
L’expérience vécue), Paris, Gallimard-folio essais.
Didier Béatrice (1981), L’écriture-femme, Paris, Presses Universitaires de France.
Dumont Fabienne (2014), Des sorcières comme les autres. Artistes et féministes dans la
France des années 1970, Rennes, PUR.
Laufer Laurie et Rochefort Florence (2014), Qu’est-ce que le genre ? Paris, Payot & Rivages.
Mistacco Vicky (2007), Les femmes et la tradition littéraire. Anthologie du Moyen Âge à nos
jours, Londres, Yale University Press.
Parini Lorena (2010), « Le concept de genre : constitution d’un champ d’analyse,
controverses épistémologiques, linguistiques et politiques », in Socio-logos. Revue de
l’association française de sociologie, 5.
Perrot Michelle (2006), Mon histoire des femmes, Paris, Editions du Seuil.
Planté Christine (dir.) (2018), L’épistolaire, un genre féminin ? Paris, Honoré Champion.
ID (2003), « Genre, un concept intraduisible ? », in Le genre comme catégorie d’analyse, sous
la direction de Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté et Michèle Riot-Sarcey,
Paris, L’Harmattan. p. 125-137.
Rasy Elisabetta (2000), Le donne e la letteratura, Roma, Editori Riuniti.
Reid Martine (2010), Des femmes en littérature, Paris, Belin.
Thébaud Françoise (2007), Écrire l’histoire des femmes et du genre, Paris, ENS éditions.
Viennot Éliane (2003), « Le Genre cet inconnu. Le mot et la chose dans l’étude de l’Ancien
Régime », in Le genre comme catégorie d’analyse, sous la direction de Dominique
Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté et Michèle Riot-Sarcey, Paris, L’Harmattan, p.153-
167.

Marion Letellier – (Un)sexing the translation : Traduction d’une voix narrative non-genrée dans la nouvelle « Disappearance I », The World and Other Places, Jeanette Winterson (1998)

La langue française peut-elle se « dégenrer » ? C’est la question que vient poser la traduction de plusieurs textes de l’autrice britannique Jeanette Winterson. Son roman Written on the Body (1992), ainsi que plusieurs nouvelles issues du recueil The World and Other Places (1998), témoignent de son agacement vis-à-vis de la catégorisation « autrice gay », appellation qu’elle considère comme diminutive. Pour se soustraire à cet avis un peu trop tranché des journalistes et de la critique, et dans une exploration plus profonde du brouillage des frontières entre le masculin et le féminin, elle écrit dans les années 1990 plusieurs textes mettant en scène des histoires d’amour, textes au sein desquels le genre du narrateur de première personne n’est pas précisé et n’indique donc pas s’il s’agit d’histoires d’amour entre deux femmes ou entre une femme et un homme. C’est un phénomène qui va avoir un impact important du point de vue de la traduction. Traduire un texte où la voix narrative n’est pas genrée, comme l’écrit Camille Fort, signifie « combattre par deux fois la différence : celle qui divise les langues depuis le mythe biblique de Babel, et celle qui fait la part entre l’homme et la femme depuis le mythe platonicien de l’androgyne. C’est s’expliquer deux fois avec l’altérité, qu’elle s’inscrive à même un corps sexué ou dans les graphèmes d’un idiome. » Si un texte anglais conserve l’ambigüité quant au genre de la voix narrative, il  exploite une norme linguistique et bouscule un discours socioculturel (celui qui statue sur l’être selon son appartenance sexuelle). Un texte français, et donc une traduction française, qui adopte un projet similaire, possède une autre dimension subversive puisque le français doit lui bousculer en plus les règles linguistique pour cautionner le discours littéraire tel qu’il se déploie dans le récit original.

Suzanne Mayoux, l’une des traductrices de Winterson, traduit Written on the Body en 1993 et prend le parti de conserver cette neutralité, parti que nous prenons également dans la traduction de « Disappearance I ». Conserver la neutralité d’un « je » en français relève d’une contrainte quasi oulipienne puisqu’il s’agit de mettre en place des stratégies pour effacer ou contourner tout élément grammatical, tout suffixe, désinence ou article susceptibles d’assigner une identité sexuelle à l’instance narrative. Dans la plupart des cas, on a une transposition, on change de catégorie grammatical sans modifier le sens. À partir de la traduction de ces textes anglais, nous constatons que la traduction en langue française peut tout à fait respecter le projet politique de l’autrice, à condition de faire preuve de souplesse et créativité.

Bibliographie :

  • Andermahr Sonya, Jeanette Winterson, ed Philip Tew et Rod Mengham, New York, Palgrave Macmillan, New British Fiction, 2009.
  • Harris Andrea L., Other Sexes, rewriting difference from Woolf to Winterson, ed. Michelle A. Massé, State University of New York Press, SUNY Series in Feminist Criticism and Theory, 1962.
  • Onega Susana, Jeanette Winterson, ed. Daniel Lea, Manchester University Press, Contemporary British Novelists, 2006.
  • Ouvrage collectif, Jeanette Winterson, A Contemporary Critical Guide, New York, London Continuum, dir. Sonya Andermahr, 2007.
  • Ouvrage collectif, ‘I’m telling you stories’: Jeanette Winterson and the Politics of Reading, dir. Helena Grice et Tim Woods, Amsterdam, Rodopi, Postmodern studies 25, 1998.
  • Ouvrage collectif, Sexual Practice, Textual Theory: Lesbian Cultural Criticism, eds. Susan J. Wolfe et
  • Julia Penelope, Massachusetts et Oxford, Blackwell, 1993.
  • Palimpsestes, n°21, « Traduire le genre grammatical : un enjeu linguistique et/ou politique ? », Camille Fort, « Traduire le neutre sans neutraliser le littéraire », dir. Christine Raguet, Paris Presses Sorbonne  Nouvelle, 2008.
  • Winterson Jeanette, Art Objects, Londres, Vintage, 1996 (première édition en 1995).
  • Winterson Jeanette, The World and Other Places, Londres, Vintage, 1998.
  • Jeanette Winterson, Written on the Body, Londres, Vintage, 1992.
  • Jeanette Winterson, Écrits sur le corps, trad. par Suzanne Mayoux, Paris, Plon, 1993.

Emilie Hamon-Lehours – Ceci est mon corps : la performance féministe

Le 10 mars 1914, la suffragette Mary Richardson, ulcérée de voir tous les regards
concupiscents des hommes sur ce corps offert, lacéra la Vénus au miroir (1647-1651) de
Vélasquez avec une hachette. Ce geste iconoclaste marque un tournant décisif dans
l’appréhension du corps féminin dans l’art trop souvent exposé de manière lascive. Le
féminisme artistique se met en place parallèlement au féminisme social après la Seconde Guerre mondiale. Les années 1960 apportent un changement radical pour ce qui est du rôle des femmes. Se constituent alors des groupes féministes, revendiquant la place des femmes dans la société. En 1970, le Los Angeles County Museum organise une exposition intitulée « Art and technology » où ne figure aucune femme. La réaction que provoque cette absence injustifiée est telle que sept ans plus tard, l’artiste américaine Judy Chicago élabore une installation intitulée The Dinner Party, sorte de fête imaginaire à laquelle participent les grandes dames de l’histoire. Il s’agit clairement d’une protestation contre l’anonymat et l’invisibilité récurrents des femmes dans les milieux intellectuels. Avec cette installation, on comprend que l’idée même de l’art a pris également un autre tournant, proposant désormais des performances.


D’un point de vue historique, la performance généralisée apparaît majoritairement dans
les années 1960 aux États-Unis puis en Europe. Elle englobe différentes techniques souvent
associées à des actions revendicatrices à caractère politique ou social. Sa signification première
vient du latin « pro forma », c’est-à-dire « pour la forme ». L’expression contemporaine « agir
pour la forme » pourrait s’appliquer à la ramification performative féministe. La performance
féministe va de pair avec l’avènement de l’art corporel dans les années 1970. On différencie
procréation et sexualité, ainsi que connaissance du corps et jouissance. Il y a à ce moment-là un véritable engouement pour la performance et les installations. Les actions envisagées peuvent être individuelles ou collectives, mais l’éphémérité et la brièveté restent des valeurs clés de ses temps de parole, ou de gestualité qui en disent long pour être plus cohérent. De même que les actions, les associations et collectifs féministes sont toujours éphémères et les mouvements considérés comme violents. Dans son ouvrage Le corps de l’artiste, Tracey Warr évoque ce tournant : « Les artistes ont toujours dessiné, peint et sculpté la forme humaine. Mais l’histoire de l’art récente révèle un changement significatif dans la manière dont l’artiste perçoit son corps : celui-ci n’est plus seulement le « contenu » de l’œuvre, il est aussi la toile, le pinceau, le cadre ou le support » (Jones, Warr, 2005, p. 11). Cette remarque est d’autant plus importante qu’elle met l’artiste de sexe masculin et l’artiste de sexe féminin sur un même pied d’égalité.


Bibliographie


Bartolena Simona (2003), Femmes artistes : De la Renaissance au XXIe siècle [Arte al
femminile. Donne artiste dal Rinascimento al XXI secolo], Paris, Gallimard.
Bourcier Marie-Hélène (2011), Queer Zones. Politique des identités sexuelles et des savoirs,
Paris, Éditions Amsterdam.
Collectif (1977), Notre corps, nous-mêmes, Paris, Albin Michel.
Dumont Françoise (2014), Des sorcières comme les autres : artistes et féministes dans la
France des années 1970, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Archives du
féminisme.
Frontisi-Ducroux Françoise (2007), « La fille de Dibutade, ou l’inventrice inventée » Cahiers
du genre, n° 43, p. 133-151.
Golberg Roselee (1999), Performances. L’art en action, Paris, Thames & Hudson.
ID (2001), La performance du futurisme à nos jours, Paris, Thames & Hudson.
Haraway Donna (2009), Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature,
Arles, Actes Sud.
Jones Amelia, Warr Tracey (2005), Le corps de l’artiste, Paris, Phaidon.
Mézange Evelyne, Pane Gina (1977), « Actions », Sorcières, n° 9, mai, p. 44.
Nochlin Linda (1993), Femmes, art et pouvoir, Arles, Éditions Jacqueline Chambon.
Ollier Emmanuelle (2013), « Le corps à l’épreuve de la Performance », Ligeia dossiers sur
l’art, XXVIe année, n° 121-122-123-124, janvier-juin, p. 34.

Leslie de Bont – “You forget that she is an exceptional woman”: rôles de genre, féminité invulnérable et androgynie créatrice dans les romans de May Sinclair

En réponse aux discours de Schopenhauer sur le génie masculin, la romancière britannique May Sinclair (1863-1946) explore, dans ses essais et sa fiction, quelques années avant Virginia Woolf, l’influence du genre sur l’acte de création. 

             May Sinclair (c. 1904) - Kislak Center - University of Pennsylvania 

La romancière May Sinclair fut également une essayiste de renom : outre ses critiques littéraires sur les sœurs Brontë, sur la poésie imagiste, et surtout sur la technique du courant de conscience, elle a rédigé des articles et essais de philosophie et de psychologie qui ont fait date. Mentionnons en outre qu’elle s’est également engagée sur le front belge en 1915 auprès d’une unité d’ambulanciers et qu’elle s’est essayée à la recherche scientifique sur le mysticisme, qui hante ses romans, bien qu’elle ait peu publié d’écrits théoriques sur le sujet. Notons surtout qu’elle s’est engagée brièvement auprès des Suffragettes et qu’elle a publié cinq essais sur la condition féminine et la place des hommes et des femmes dans la société de son temps. Il est ainsi remarquable qu’avant toute théorisation sur le sujet, ce sont bien les rôles de genre et le déterminisme genré qui intéressent Sinclair. Son œuvre de fiction est inégale : certains romans sont fascinants et particulièrement novateurs puisqu’ils se nourrissent de toutes ces publications dites nonfiction ; d’autres, plus tardifs, sont moins expérimentaux.

Cette analyse portera principalement sur le roman intitulé The Creators : A Comedy (1910), Künstlerroman qui relate le cheminement de plusieurs personnages d’artistes, dont celui de l’héroïne Jane Holland, romancière à succès qui ne parvient plus à écrire dès lors qu’elle se marie avec Hugh son éditeur et qu’ils ont des enfants.

Après une rapide exploration du contexte historique dans lequel Sinclair commence à écrire (New Woman, first-wave feminism), nous étudierons comment Sinclair, en s’appuyant à la fois sur ses propres réflexions philosophiques et sur les conflits de son époque, explore l’influence du genre sur la création artistique. Création et féminité fonctionnent ensemble, s’articulent et souvent entrent en conflit dans les romans et les essais de Sinclair.

Plus précisément, il s’agira d’abord de proposer un panorama des préthéorisations de Sinclair sur le genre : dans ses essais : qu’écrit Sinclair sur le genre, la féminité et la création artistique ? Ensuite, nous examinerons les dialogues entre les romans et les essais de Sinclair : comment les romans de Sinclair, via leurs représentations du mariage, du sacrifice et du temps à soi se saisissent de ses questionnements théoriques sur le genre et la création artistique. Enfin, nous nous pencherons plus particulièrement sur la manière dont Sinclair s’inscrit dans les expérimentations modernistes autour l’écriture féminine, traditionnellement associées à Virginia Woolf ou Dorothy Richardson en mettant en scène une forme d’androgynie créatrice dans ses romans.

Bibliographie :

  1. Le site de la May Sinclair Society contient une bibliographie complète recensant les sources primaires et secondaires sur Sinclair : https://maysinclairsociety.com/
  2. Sélection d’ouvrages et sources consultées :
  • ABEL, Elizabeth et al., The Voyage In: Fictions of Female Development, Londres : University Press of New England, 1983.
  • AUERBACH, Nina, Woman and the Demon: The Life of a Victorian Myth, Cambridge : Harvard UP, 1982.
  • BANNET, Eve, « The Female Bildungsroman in Eighteenth-Century England » (195-227), in Reflection and Action: Essays on the Bildungsroman (ed James Hardin), Columbia S.C. : University of South Carolina Press, 1991.
  • BENSTOCK, Shari, Textualising the Feminine: On the Limits of Genre, Norman : University of Oklahoma Press, 1991.
  • BLAU DUPLESSIS, Rachel, Writing Beyond the Ending: Narrative Strategies of Twentieth Century Women Writers, Bloomington : Indiana University Press, 1985.
  • BUCK, Claire, « British Women’s Writings and the Great War » (86-112), in SHERRY, Vincent, The Cambridge Companion to the Literature of the First World War, Cambridge : Cambridge University Press, 2006.
  • CHODOROW, Nancy, The Reproduction of Mothering, Los Angeles : University of California Press, 2009.
  • DE BAERDEMAEKER, Ine, « A Portrait of the Artist as a Young Woman: The 20th Century Development of the Female Künstlerroman », thèse de doctorat de l’université de Gand, 2011, http://lib.ugent.be/fulltxt/RUG01/001/786/572/RUG01-001786572_2012_0001_AC.pdf Consulté le 7/02/13.
  • FELSKI, Rita, Beyond Feminist Aesthetics: Feminist Literature and Social Change, Londres : Hutchinson Radius, 1989.
  • FRAIMAN, Susan, Unbecoming Women: British Women Writers and the Novel of Development, New York : Columbia University Press, 1993.
  • FUDERER, Laura Sue, The Female Bildungsroman in English, New York : The Modern Language Association of America, 1990.
  • GERHART, Mary, Genre Choices Gender Questions, Norman : University of Oklahoma Press, 1992.
  • GILBERT, Sandra, GUBAR, Susan, « The Madwoman in the Attic » (596-611), in RIVKIN, Julie, RYAN, Michael (eds), Literary Theory: An Anthology, Oxford : Blackwell Publishers, 1998.
  • —, No Man’s Land (3 vols), Londres : Yale University Press, 1988.
  • HEILMANN, Ann, « The Portrait of the Artist as a Young Writer » (155-93), New Woman Fiction: Women Writing First-Wave Feminism, Basingstoke : Macmillan, 2000.
  • HIRSCH, Marianne, « The Novel of Formation as Genre: Between Great Expectations and Lost Illusions », Genre 12.3 (automne 1979), 293-311.
  • —, The Mother/Daughter Plot, Bloomington : Indiana University Press, 1989.
  • HOWE, Susanne, Wilhelm Meister and His English Kinsmen, New York : Columbia University Press, 1930.
  • IRIGARAY, Luce, Speculum : De l’autre femme, Paris : Éditions de Minuit, 1974.
  • —, Ce sexe qui n’en est pas un, Paris : Éditions de Minuit, 1977. 524.
  • LANSER, Susan, Fictions of Authority: Women Writers and Narrative Voice, Ithaca: Cornell UP, 1992.
  • PYKETT, Lyn, « Writing Women: Writing Woman » (177-9), The ‘Improper’ Feminine: The Women’s Sensation Novel and the New Woman Writing, Londres : Routledge, 1992.
  • —, « Writing and Gender at the Turn of the Century » (54-76), Engendering Fictions: The English Novel in the Early Twentieth Century, Londres : Edward Arnold, 1995.
  • REGARD, Frédéric, La Force du féminin : Sur trois essais de Virginia Woolf, Paris : La fabrique, 2002.
  • SCHOPENHAUER, Arthur « On Women » (1851), (62-75), Parerga and Paralipomena, New York: Cosimo Inc, 2007.
  • —, Le Monde comme volonté et représentation, Saint-Armand : Folio essais, 2009.
  • SHOWALTER, Elaine, A Literature of Their Own: From Charlotte Brontë to Doris Lessing, Londres : Virago, 1982.
  • —, The Female Malady: Women, Madness and the English Culture 1830-1980, Harmondsworth : Penguin Books, 1987.
  • —, Sexual Anarchy: Gender and Culture at the Fin de Siècle, Londres : Bloomsbury Publishing Ltd. 1991.
  • —, Hystories: Hysterical Epidemics and Modern Media, New York: Columbia University Press, 1997.
  • TELNES INVERSEN, Ine, « Change and Continuity: The Bildungsroman in English », thèse de doctorat de l’université de Tromso (Norvège), 2009. http://munin.uit.no/bitstream/handle/10037/2486/thesis.pdf;jsessionid=A02ED04BCEEEC9AFE871615AA39CCD57?sequence=1 . Consulté le 16/06/12
  • WOOLF, Virginia, « On not Knowing Greek » (1925) (24-39), The Common Reader I, New York: Harcourt, Brace and World, 1953.
  • —, A Room of One’s Own (1929), Peterborough: Broadview Press, 2001.
  • —, A Reflection of the Other Person: The Letters of Virginia Woolf (Vol.4 1929-1931), Londres : Hogarth, 1978.
  • —-, « Professions for Women » (1931) (57-63), in BARRETT, Michele (ed), Virginia Woolf: Women and Writing London: Women’s Press, 1979.
  • —, A Room of One’s Own and Three Guineas (1938), Londres : Collins Classics, 2014. 499

Paroles et créations auctoriales

Ce carnet souhaite publier les interventions du séminaire transdisciplinaire et transaxe PAGE (Paroles et créations Auctoriales : approches GEnrées) porté par le CRINI. Ces rencontres scientifiques se fixent un double objectif. D’une part, il s’agit d’étudier, de décrypter, voire de décodifier les rapports de genre dans différents domaines tels que l’expression artistique (peinture, littérature, cinéma, séries TV), l’histoire des idées (analyse des écrits canoniques littéraires, institutionnels, religieux, scientifiques), et l’histoire des relations sociales (le travail des femmes en Europe et dans le monde). D’autre part, en rendant visibles des œuvres ou des personnalités, ce séminaire contribue à la création d’un matrimoine sur un espace temporel et géographique large. Cette panthéonisation des femmes ne peut se faire qu’avec la prise en compte des masculinités, majorées (virilisme) ou minorées (homosexualité) dans les discours stéréotypés. Les vides juridiques (le genre dans le langage juridique, égalité de genre y compris LGBTQIA+) et les féminismes émergents (écoféminisme, militantismes) se révèlent un outil indispensable.