Archives par étiquette : Discours auctorial

Emilie Hamon-Lehours – La face caché du genre : tentative de définition du gender et approche littéraire genrée

Le mot « genre » est avant tout un terme grammatical, mais si l’on reprend les définitions du Littré ou du Larousse de 1905, les définitions convergent plutôt vers tout ce qui est à même d’être catégorisé sans préséance du masculin ou du féminin : caractère commun à diverses espèces (genre humain/genre animal/genre végétal) ; genre de style en littérature et arts ; par extension, sorte, manière, mode, goût. Seul le terme grammatical moderne met en évidence la différence les sexes : « propriété qu’ont les noms de représenter les sexes et, dans certaines langues, l’absence de sexe ». L’absence de sexe, ou bien le genre neutre, est obsolète pour les langues romanes. Selon l’historienne Françoise Thébaud, « Le sexe est ainsi perçu comme un invariant, tandis que le genre est variable dans le temps et l’espace, la masculinité ou la féminité – être homme ou femme ou considéré comme tel(le) – n’ayant pas la même signification à toutes les époques et dans toutes les cultures » (Thébaud, 2007, p. 121). Le genre serait-il un abus de langage ? Vaut-il mieux être neutre, beau sexe ou sexe fort ? Les sexes sont-ils interchangeables ou transformables en littérature ?


En 1974, Hélène Cixous crée un DEA d’études féminines à Paris VIII ; une première dans une France hermétique aux women’studies. Les études genrées, dont le foyer anglosaxon
a produit des ramifications en France et en Europe, sont un concept difficilement traduisible selon Christine Planté. Le gender est interdisciplinaire, transdisciplinaire et regroupe les notions inhérentes au sexe et à la sexualité. Le sexe biologique, naturel renvoie à la différenciation homme/femme, mais faut-il y adjoindre les questions de la sexualité dans sa globalité (transsexualité, intersexualité) ? Ainsi, le sexe biologique, déconstruit, modifié, ne relèverait plus de la nature mais de la culture selon Judith Butler. Est-il dangereux d’utiliser le terme de « genre» ou « genres » pour évoquer l’histoire des femmes sous tous ses aspects : historique, littéraire, sociologique, idéologique, littéraire et artistique ? Selon Éliane Viennot,la réponse est clairement oui, ainsi que pour Michelle Perrot qui publia Mon histoire des femmes en 2006.


Bibliographie


Butler Judith (2006), Défaire le genre, Paris, Amsterdam.
Cixous Hélène (2010), Le rire de la Méduse, Paris, Galilée.
Collin Françoise (2009), « Entre poiêsis et praxis : les femmes et l’art », in Diogène, 2009/1,
225, pp. 101-112.
Costa-Zalessow Natalia (1982), Scrittrici italiane dal XIII al XX secolo, Ravenna, Longo
Editore.
Croce Benedetto (1911), « Un’ inchiesta sul femminismo », in Nuova Antologia, XLVI, 949,
p. 121-128.
De Beauvoir Simone (1976), Le deuxième sexe (vol. I : Les faits et les mythes ; vol. II :
L’expérience vécue), Paris, Gallimard-folio essais.
Didier Béatrice (1981), L’écriture-femme, Paris, Presses Universitaires de France.
Dumont Fabienne (2014), Des sorcières comme les autres. Artistes et féministes dans la
France des années 1970, Rennes, PUR.
Laufer Laurie et Rochefort Florence (2014), Qu’est-ce que le genre ? Paris, Payot & Rivages.
Mistacco Vicky (2007), Les femmes et la tradition littéraire. Anthologie du Moyen Âge à nos
jours, Londres, Yale University Press.
Parini Lorena (2010), « Le concept de genre : constitution d’un champ d’analyse,
controverses épistémologiques, linguistiques et politiques », in Socio-logos. Revue de
l’association française de sociologie, 5.
Perrot Michelle (2006), Mon histoire des femmes, Paris, Editions du Seuil.
Planté Christine (dir.) (2018), L’épistolaire, un genre féminin ? Paris, Honoré Champion.
ID (2003), « Genre, un concept intraduisible ? », in Le genre comme catégorie d’analyse, sous
la direction de Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté et Michèle Riot-Sarcey,
Paris, L’Harmattan. p. 125-137.
Rasy Elisabetta (2000), Le donne e la letteratura, Roma, Editori Riuniti.
Reid Martine (2010), Des femmes en littérature, Paris, Belin.
Thébaud Françoise (2007), Écrire l’histoire des femmes et du genre, Paris, ENS éditions.
Viennot Éliane (2003), « Le Genre cet inconnu. Le mot et la chose dans l’étude de l’Ancien
Régime », in Le genre comme catégorie d’analyse, sous la direction de Dominique
Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté et Michèle Riot-Sarcey, Paris, L’Harmattan, p.153-
167.